Demande d’AAH auprès de la MDPh : comment ça marche ?

En cas d’invalidité ou de handicap au point de ne plus pouvoir travailler, un adulte reçoit une aide de l’Etat pour les personnes handicapées appelée AAH. Cette allocation permet à la personne handicapée de mener une vie aussi indépendante que possible. Le 01 octobre 2023, le montant, les conditions d’adhésion, la situation matrimoniale ont eu quelques changements. Voici tout ce que vous devez savoir.

Qu’est-ce que l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ?

Créée en 1975 par la loi n° 75-534 du 30 juin 1975, l’allocation adultes handicapés ou AAH, connu sous le nom de « allocation COTOREP » est une aide sociale aux personnes handicapées versée par la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) sous la forme d’un montant forfaitaire mensuel. Par handicap, nous entendons une invalidité physique de différents degrés et d’une maladie chronique invalidante reconnue par la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées), qui donne droit à diverses prestations financières et sociales.

  • L’allocation sera ainsi accordée à vie si le degré de handicap du bénéficiaire atteint les 80 % nécessitant une aide régulière et significative de tiers pour accomplir les tâches ordinaires.
  • Si le handicap est de degré moyen et à moins de 80 %, la personne recevra une allocation entre 1 an à 10 ans.
  • Si le handicap est léger entre 50 % et 79 %, la personne, bien que dotée de moyens auxiliaires, persévéra un versement de l’AAH dont la durée varie de 1 an et jusqu’à 5 ans s’il n’y a aucune évolution de la situation de handicap.

Allocation aux adultes handicapés : quel montant ?

Le montant de l’AAH dépend de plusieurs facteurs :

  • la gravité de la condition de handicap,
  • la situation financière du bénéficiaire déclarée chaque trimestre
  • la non-présence éventuelle d’autres interventions financières liées à la santé et/ou de services sociaux comme la pension d’invalidité

montant AAH

Le montant mensuel minimum de l’AAH à partir de 2024 sera de 971,37 euros tandis que le montant maximum est de 2 914.12 euros. Ce montant peut diminuer ou augmenter progressivement selon le nombre d’enfants à charge, selon les ressources du bénéficiaire et selon les situations qui se présentent :

  • Si le bénéficiaire n’a aucune ressource de revenu, qu’il n’est pas en mesure de couvrir ses besoins vitaux essentiels, il bénéficie de l’AAH à taux plein.
  • S’il perçoit déjà une autre aide ou une pension (retraite, invalidité, rente d’accident du travail), il perçoit la différence entre le montant de l’AAH et les autres aides pour atteindre les 971,37 euros.
  • S’il a repris un travail rémunéré, l’AAH sera cumulé à 100 % et il reçoit le montant de l’AAH en totalité pendant 6 mois. Après ces 6 mois, le montant de l’AAH sera réduit de 40 % à 80 % en fonction du montant de son revenu.
  • S’il a un travail régulier depuis plus de 6 mois et que sa rémunération est supérieur au montant du plafond en vigueur, il ne perçoit plus de l’AAH.
  • S’il vit en couple et perçoit une allocation à taux partiel ou s’il vient de souscrire à une demande d’AAH, la déconjugalisation entre alors en vigueur. En effet, depuis le mois d’octobre 2023, les ressources du conjoint ne seront plus prises en compte lors du calcul du montant de l’AAH.
Article en relation :  Le bola de grossesse : un bijou précieux pour les futures mamans

Les conditions pour obtenir l’allocation pour adultes handicapées

Pour obtenir l’allocation adulte handicapé (AAH), il est nécessaire que le bénéficiaire soit reconnu par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) comme étant

  • Une personne présentant une invalidité totale pour travailler.
  • La personne se trouve dans une condition de perte d’autonomie et qu’elle est contrainte de recourir l’accompagnement constant d’un tiers ou des soins particulièrement exigeants.

Mais l’invalidité n’est pas la seule condition pour obtenir l’AAH :

La personne doit vivre de façon permanente en France.

Elle doit être âgée au minimum de 20 ans. Cependant, un enfant de 16 ans peut en bénéficier s’il n’est plus pris en charge par les adultes.

Si la personne handicapée n’a pas suffisamment de sources de revenus ou du moins ses revenus ne dépassent pas un certain plafond annuel : 11 656 euros pour un couple jusqu’à 34 969€ pour un couple avec 4 enfants à charge.

Pour un retraité, il continue à percevoir l’AAH après l’âge légal de départ à la retraite s’il développe un handicap sévère à 80 %. Aussi, l’AAH est cumulable avec d’autres aides sociales pour compléter ses ressources. En revanche, si le taux d’invalidité est moins de 79 %, l’allocation sera réduite ou remplacer par l’Aspa.

Comment obtenir une allocation adulte handicapé ?

Pour obtenir une AAH, il faut faire une demande auprès de la Maison départementale des personnes handicapées ou MDPH. Pour cela, vous devez remplir le formulaire cerfa n° 13788*01, accompagné d’un certificat médical cerfa n°13878*01 de moins de 3 mois. Vous allez le déposer auprès d’un personnel du MDPH.

Après dépôt de votre demande, un médecin procédera à un examen approfondi de vos conditions physiques et déterminer ainsi votre taux d’invalidité, qu’il transmettra à la CDAPH.

Entre temps, vous devez entamer une demande de Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) afin d’obtenir plus facilement un statut travailleur et avoir accès à un emploi.

Article en relation :  Quelques conseils pour choisir son babycook

La CDAPH validera ou non ensuite votre candidature. Normalement, vous devez obtenir la réponse et bénéficier de l’AAH au bout de 1 mois après le dépôt de dossier.

Laisser un commentaire